Imprimer

Métiers et formations

Textile - Habillement - Cuir

Maroquinière

Ingénieur textile

Sacs, gants, ceintures, portefeuilles... le maroquinier conçoit et fabrique des articles en cuir. Entre tradition et modernité, il perpétue un savoir-faire ancestral tout en adaptant ses modèles aux évolutions de la mode.

  • Niveau d'accès : CAP/BEP ou équivalent
  • Salaire débutant: 1280 €
  • Statut(s) : Statut artisan, Statut salarié
  • Synonymes : Gantier(ière), Sellier(ière)
  • Métiers Associés : Gantier(ière), Sellier(ière)-gainier(ière), Sellier(ière)-garnisseur(euse), Sellier(ière)-harnacheur(euse)
  • Secteur(s) professionnel(s) : Mode et industrie textile
  • Centre(s) d'intérêt : J'aimerais faire un travail de précision, Je rêve d'un métier artistique, Je veux travailler de mes mains, Réparer, bricoler, j'adore ça

Nature du travail

Une production diversifiée

Sacs à main, ceintures, étuis, porte-monnaie, mallettes, valises... les productions du maroquinier sont très variées. Outre le cuir, son matériau de prédilection, il travaille aussi le synthétique et le tissu. Quand il se spécialise dans la réalisation de selles, d'habillages d'objets ou d'intérieurs pour les automobiles et les bateaux... on l'appelle « sellier ».

Préparation du travail

À partir d'un modèle, il conçoit un prototype (premier exemplaire). Il choisit la matière, la coupe à la main (ou à l'emporte-pièces) en réduisant les chutes au maximum. Puis, il assortit au mieux les nuances et positionne les pièces à assembler.

Traitement de la peau

Avant de passer à l'assemblage, le maroquinier affine le cuir afin de réduire l'épaisseur des coutures. Il le plaque et le glace ensuite sous une presse chaude pour le rendre brillant.

Fabrication de l'article

Enfin, il assemble les morceaux de cuir entre eux, grâce à différentes techniques : couture à la main ou à la machine, rivetage, soudage, piquage et montage des fermetures à glissière, des doublures, des bandoulières... Il termine par la pose d'accessoires (boucles, pressions, fermoirs) et les finitions.

 

Compétences requises

Sens du toucher

Premier impératif, l'habilité manuelle. Un sens du toucher plus développé que la moyenne peut aussi être un atout, car seul le contact de peau à peau permet d'apprécier la qualité du cuir. Le sens artistique est sans aucun doute un plus.

Rigueur et résistance

Rigueur et précision sont autant de qualités pour devenir maroquinier. Une excellente vue est nécessaire pour repérer les défauts de la peau, distinguer les teintes et les nuances dans une même couleur. Sans oublier une bonne condition physique. La position debout est fréquente et les matières parfois dures à manipuler et à couper.

Des connaissances pointues

Les matériaux étant de plus en coûteux, le maroquinier doit connaître et maîtriser parfaitement les procédés de fabrication. Et aucune matière (crocodile, vache, autruche, skaï, lin, alcantara, pvc...), ne doit avoir de secret pour lui !

 

Accès au métier

Du CAP au BTS, différents diplômes permettent d'accéder aux métiers de la maroquinerie.


Niveau CAP

  • CAP maroquinerie 

 

Niveau bac pro métiers du cuir, option maroquinerie (ouverture à la rentrée 2009) - Niveau bac + 2

  • BTS industries des matériaux souples, options productique ; modélisme industriel (en cours de rénovation).

 

Source : ONISEP

Pour en savoir plus