Imprimer

Métiers et formations

Métallurgie

Ingénieur(e) en mécanique

Ingénieur(e) en mécanique

Sans lui, adieu satellites, robots, turbines, moteurs, boîtes de vitesses, trains d'atterrissage.... La mécanique est le support matériel obligatoire de toutes les merveilles technologiques exploitées par l'industrie.

  • Niveau d'accès : bac + 5
  • Salaire débutant: 2800  € 
  • Statut(s) : Statut salarié 
  • Métiers Associés : Chef de projet CAO, Ingénieur(e) de l'industrie et des Mines (mécanique), Ingénieur(e) en automatique (mécanique), Ingénieur(e) en énergétique et propulsion option moteur, Motoriste, Technicien(ne) en mécanique
  • Secteur(s) professionnel(s) : Architecture - BTP, Automobile, Construction navale, ferroviaire et aéronautique, Mécanique - Métallurgie
  • Centre(s) d'intérêt : J'aime faire des expériences, J'aime organiser, gérer, Je suis branché high tech

 

Nature du travail

Études, calcul et essais

Au service études et développement, il conçoit l'architecture d'ensemble d'un produit, choisit les solutions techniques, procède à des simulations sur ordinateur pour soumettre les pièces à différentes contraintes. Il en tire des conclusions en termes de dimensions, de résistance des matériaux... Il vérifie pour finir que le prototype est conforme aux performances attendues et indique, le cas échéant, les corrections à apporter.

Méthodes et fabrication

Au service des méthodes, il détermine les moyens nécessaires à la production. Partant de la série d'opérations à exécuter, il choisit les machines et leurs outillages. Il peut également définir l'architecture d'une nouvelle ligne de fabrication ou modifier l'organisation d'une usine. À la fabrication, il est responsable du bon fonctionnement d'un atelier, apportant conseils et assistance technique aux équipes.

Maintenance et vente

Responsable de la maintenance, il veille au bon fonctionnement et à l'amélioration d'un parc de machines. Technico-commercial, il vend des équipements professionnels aux entreprises et les adapte aux besoins spécifiques des clients.

 

Compétences requises

Maîtrise des techniques

De parfaites connaissances en résistance des matériaux ou en thermodynamique sont indispensables, mais ne suffisent pas : il faut aussi maîtriser les techniques d'automatismes et d'informatique industrielle qui permettent de piloter les systèmes mécaniques.

Aisance relationnelle

Ses compétences techniques vont de pair avec une grande aptitude à la communication et au management. L'ingénieur de fabrication, par exemple, est en relation avec de multiples interlocuteurs pour atteindre les objectifs fixés en termes de coût, qualité et délais.

Esprit de décision

Lorsqu'il dirige un projet, l'ingénieur mécanicien doit prendre en compte divers aspects, puis opter pour une solution. De ses choix dépend la réussite d'une commande ou d'un contrat. En tant que responsable de fabrication, il lui faut prendre des décisions dans l'urgence, mais sans jamais céder au stress.

Accès au métier

Les écoles d'ingénieurs surtout

L'ingénieur mécanicien sort le plus souvent d'une école d'ingénieurs généraliste.Cependant, la mécanique recrute aussi des titulaires de master.


Parmi les principales écoles d'ingénieurs généralistes, citons : l'ENSAM, les ENI, les INSA, les écoles centrales de Paris et de Lyon... Des écoles plus spécialisées forment des ingénieurs en aéronautique, construction navale ou automobile. Les formations d'ingénieurs en partenariat (FIP) forment par alternance des ingénieurs plus proches de la production que ceux sortant des écoles classiques. Les écoles d'ingénieurs recrutent sur concours deux types de candidats : des bacheliers S ou STI2D (développement durable), pour cinq années d'études (dont deux de classe prépa intégrée) ; des diplômés bac + 2 (ayant validé deux années de classe prépa, un DUT, un BTS ou le 4e semestre d'une licence scientifique ou technique), pour trois années d'études. De nombreuses universités délivrent le titre d'ingénieur.


Les diplômes universitaires de niveau bac + 5 sont appréciés par les entreprises. Bien que n'ayant pas le titre d'ingénieur, les titulaires d'un master (recherche ou professionnel) peuvent occuper des fonctions équivalentes en recherche appliquée, études-développement, ou méthodes-industrialisation.

 

Source : ONISEP

Pour en savoir plus