Imprimer

Métiers et formations

Matériaux construction

Conducteur(trice) d'engins de travaux publics

Conducteur(trice) d'engins de travaux publics

Pas de chantier sans bulldozer ni pelle mécanique. Le conducteur de ces puissants engins prépare et déblaie le terrain avant les travaux de terrassement ou de nivellement. Un professionnel très sollicité.

  • Niveau d'accès : CAP/BEP ou équivalent
  • Salaire débutant: 1200  € 
  • Statut(s) : Statut salarié 
  • Synonymes : Conducteur (trice) d'engins de chantier 
  • Métiers Associés : Mécanicien(ne) d'équipements et d'engins motorisés (matériels de manutention), Mécanicien(ne) en engins de travaux publics, Terrassier(ière)
  • Secteur(s) professionnel(s) : Architecture – BTP, Matériaux de construction
  • Centre(s) d'intérêt : J'aime bouger, J'aimerais travailler dehors

 

Nature du travail

Pour préparer le terrain

Pelles hydrauliques, chargeuses, bouteurs, niveleuses, décapeuses... Sur roues ou sur chenilles, ces machines perfectionnées et d'une valeur considérable permettent au conducteur de préparer le terrain avant les travaux. À lui de faire place nette au début du chantier en déplaçant des volumes importants de terre, de pierres ou de gravas. C'est un travail de précision : le conducteur d'engins doit respecter des cotes (hauteur, profondeur, largeur).

Pelleteuse et bullbozer

Selon l'ampleur des travaux, le conducteur est spécialisé ou polyvalent. Sur les petits chantiers, il manipule en général plusieurs engins. Sur les chantiers importants, il est aux manettes d'un seul type de machine : pelleteuse, grue automotrice, bulldozer...

Des engins impressionnants

Avec de l'expérience, il peut être amené à diriger le plus impressionnant d'entre eux : le tunnelier, qui permet de percer une colline ou de creuser en sous-sol, par exemple lors de la réalisation d'une nouvelle ligne de métro.

Entretenir le matériel

Mécanicien à ses heures, ce professionnel entretient le matériel qu'il utilise, signale les anomalies et effectue les petites réparations. Il commande parfois les manoeuvres.

 

Compétences requises

Vigilance et sang-froid

Maîtriser des engins de plus en puissants demande de bons réflexes, du sang-froid et une vigilance de tous les instants. En cas d'affaissement de terrain ou d'obstacle sur la route, le conducteur doit pouvoir faire face à l'imprévu et réagir rapidement. Autres qualités indispensables pour exercer ce métier : savoir apprécier les distances et les reliefs, et avoir le sens de l'équilibre.

Compétences en mécanique

Savoir conduire un engin ne suffit pas, le conducteur d'engins de TP doit savoir entretenir le matériel (graissage, contrôle des niveaux d'eau et d'huile), détecter une anomalie et effectuer les petites réparations (changement de pièces défectueuses).

 

Accès au métier

CAP ou bac pro

Les engins, de plus en plus perfectionnés, ne se conduisent pas au hasard et la qualification se révèle indispensable.

  • Le CAP (certificat d'aptitude professionnelle) conducteur d'engins: travaux publics et carrières se prépare en deux ans après la classe de 3e , en lycée professionnel ou par apprentissage. C'est le minimum requis pour exercer. Assorti d'un CAP maintenance des matériels option matériels de travaux publics et de manutention, il permet au conducteur d'être polyvalent et d'augmenter ses chances sur le marché du travail.
  • Après un CAP, il est possible de préparer, en deux ans, un BP (brevet professionnel) conducteur d'engins de chantier de travaux publics. Le BP se prépare par l'apprentissage ou la voie professionnelle. Le titulaire de ce diplôme aura plus d'autonomie et de responsabilités. 
  • Enfin, les titulaires du CAP peuvent éventuellement préparer en 2 ans le bac pro travaux publics qui permet de devenir ouvrier qualifié et d'avoir des responsabilités encore plus importantes. Le bac pro est accessible directement après la classe de 3e et se prépare alors en 3 ans.

 

Source : ONISEP

Pour en savoir plus