Imprimer

Métiers et formations

Imprimerie

Façonnier(ère) des industries graphiques

Façonnier(ère) des industries graphiques

Massicotage, encartage, reliure... des opérations qui donnent aux livres leur forme définitive. Aux commandes, le façonnier, dernier maillon de la chaîne graphique.

  • Niveau d'accès : CAP/BEP ou équivalent
  • Salaire débutant: 1317  € 
  • Statut(s) : Indépendant, Statut salarié 
  • Synonymes : Conducteur(trice) de machines de finition, Massicotier(ière) 
  • Métiers Associés : Brocheur(euse)-relieur(euse), Conducteur(trice) de plieuse, Massicotier
  • Secteur(s) professionnel(s) : Presse - Edition - imprimerie
  • Centre(s) d'intérêt : J'aimerais faire un travail de précision, Je suis branché high tech

 

Nature du travail

Donner un aspect définitif au document imprimé

Aux commandes d'une machine de finition, le façonnier est le dernier maillon de la chaîne graphique. C'est donc lui qui donne au livre, magazine ou dépliant son aspect définitif. Sa mission : procéder aux réglages à partir du dossier fourni par le client (transformation à réaliser, machine à utiliser...) et vérifier la qualité du produit pendant sa fabrication. Chargé également de l'entretien de la machine au quotidien, il doit être capable d'intervenir en cas de panne simple.

Couper, plier et assembler

Le façonnier peut être affecté à différentes machines. Sur une massicoteuse, par exemple, il prend en charge la coupe de papier en veillant au respect des dimensions. Sur une plieuse, il constitue des cahiers à partir des piles de feuilles. Ou encore, sur une relieuse, il assemble les cahiers par agrafage, couture ou collage. À noter toutefois que le façonnier est souvent polyvalent.

Contrôler les commandes numériques

Les professionnels calculent les données à enregistrer sur ordinateur à partir de paramètres tels que les types de papier, de carton ou de colle. Ils contrôlent les produits en cours de fabrication grâce à des appareils de mesure sophistiqués.

 

Compétences requises

Des qualités artistiques

Quelques professionnels opèrent encore à la main. Ce sont alors de véritables artisans d'art spécialisés dans la reliure de cuivre, la dorure..., capables de proposer eux-mêmes des projets de finition aux clients.

Gérer le stress lié aux délais

Une machine qui tombe en panne, des délais très serrés... les nerfs sont quelquefois soumis à rude épreuve. Savoir gérer le stress est donc une nécessité pour agir vite et bien. De plus, une certaine résistance physique permet de supporter les manutentions et les heures passées debout.

Faire preuve de minutie et de rigueur

Les réglages des machines se jouent parfois au centième de millimètre près, réclamant une grande minutie. Et beaucoup de rigueur dans le choix des paramètres : à chaque papier, sa colle, à chaque support, son format... De plus, un façonnier doit connaître l'ensemble de la chaîne graphique (prépresse, impression, finition), les matériaux (papier, carton...) et les produits finis (livres, cartes, emballages...).

S'adapter aux évolutions

Des compétences en électronique et en mécanique sont indispensables, mais insuffisantes. Avec l'arrivée de l'informatique, il faut savoir programmer les machines et s'adapter aux évolutions technologiques.

 

Accès au métier

Il existe essentiellement 2 diplômes de niveau ouvrier qualifié, formant des professionnels polyvalents sur des machines de finition de plus en plus complexes : la MC finition-façonnage de produits imprimés et le bac pro production imprimée.


En ce qui concerne les techniques traditionnelles de conception à la main, on peut citer le CAP arts de la reliure, le BMA art de la reliure et de la dorure et le DMA arts graphiques option reliure-dorure.


Niveau CAP-BEP

  • CAP arts de la reliure

 

Niveau bac

  • Bac pro production imprimée
  • MC finition-façonnage de produits imprimés 
  • BMA art de la reliure et de la dorure 

 

Niveau bac + 2

  • DMA arts graphiques, option reliure-dorure

 

Source : ONISEP

Pour en savoir plus