Imprimer

Métiers et formations

Chimie - Caoutchouc - Matières plastiques

Chercheur(euse) en chimie

Chercheur(euse) en chimie

Trouver de nouvelles voies à explorer, observer, formuler des hypothèses... La vie du chercheur est une quête permanente, jalonnée d'avancées et de doutes. Un «métier passion» pour des scientifiques de haut vol.

  • Niveau d'accès : bac + 8
  • Salaire débutant: 2000  € 
  • Statut(s) : Statut fonctionnaire, Statut salarié 
  • Secteur(s) professionnel(s) : Chimie - Plasturgie - Industrie pharmaceutique,

Enseignement - Formations, Recherche

  • Centre(s) d'intérêt : J'aime faire des expériences

 

Nature du travail

L'art des mélanges

Comment faire des CD à partir du maïs ? Comment transformer le pétrole en matière plastique ? Comment neutraliser les polluants dans la mer ? Comment colorer des pâtes à papier ? Comment aider une enzyme à se développer ? Ce sont autant de sujets sur lesquels planche un chimiste. Et les réponses, il les trouve à force de manipulations, de mélanges de composants divers et variés pour étudier leurs réactions. Un travail de longue haleine qui a permis d'élaborer des produits facilitant la vie quotidienne de tout un chacun.

Communiquer, échanger

La vie du chercheur se nourrit d'observations, de formulations, d'hypothèses mises à l'épreuve par l'expérimentation. Elle est faite aussi de tâtonnements, car on peut faire des manipulations et des analyses pendant des mois avant d'obtenir un résultat probant.


Le chercheur participe à des colloques au plan international. Cela lui permet de savoir ce qui se passe dans d'autres laboratoires, d'entrevoir de nouvelles directions de recherche, mais aussi de faire connaître ses travaux. Il rédige parfois des articles dans des revues spécialisées et consacre beaucoup de temps à la lecture de publications scientifiques.

 

Compétences requises

Curieux et persévérant

Spécialiste dans son domaine, le chercheur a le goût de la quête et accepte d'être remis en question. Autonome, il sait identifier des problèmes nouveaux. Il s'adapte au travail en solitaire comme au travail d'équipe. Un programme de recherche associe des chercheurs, des thésards (doctorants), des ingénieurs et des techniciens.

Un scientifique de haut vol

Un doctorat dans le domaine de la chimie est incontournable pour accéder à la recherche publique. Mais il est loin d'être un sésame. La concurrence aux concours de chercheur des organismes publics et d'enseignant-chercheur à l'université est forte. De leur côté, les entreprises de pharmacie, cosmétique... attendent des profils pointus. Aussi, recrutent-elles des ingénieurs docteurs. À noter : la pratique courante de l'anglais, langue de communication de la recherche, est partout exigée.

 

Accès au métier

Un doctorat sinon rien

Le parcours de formation du chercheur passe par l'obtention d'une licence (bac + 3), d'un master recherche (bac + 5) et la préparation d'une thèse de doctorat (bac + 8).

Un cursus en trois temps
  • La licence de départ portera sur les domaines de la chimie ou de la biochimie.
  • Le master recherche sera plus spécialisé ; au choix : formulation, chimie fine, polymères, développement pharmaceutique, cosmétique, plasturgie... 
  • Pour le doctorat, il faut choisir soigneusement son sujet de thèse et trouver un laboratoire d'accueil. Il est possible de réaliser sa thèse au sein d'une entreprise dans le cadre d'une convention CIFRE. 
  • Et le post-doctorat ? De nombreux docteurs en chimie complètent leur cursus par une expérience professionnelle de post-doctorat souvent menée dans un laboratoire renommé et situé à l'étranger. Il s'agit d'une mission scientifique, à durée déterminée et rémunérée. À condition de bien choisir le laboratoire et le thème de la mission, et de préparer son retour en France, c'est un atout lors des concours de recrutement des instituts de recherche publique. Un post-doctorat d'1 à 2 ans, sera valorisé par une entreprise privée, s'il porte sur un thème de recherche qu'elle développe.

 

Source : ONISEP

Pour en savoir plus